Psychologue dans l'esport

Aujourd'hui, la majorité des structures dans l'esport font appel à un psychologue du sport pour améliorer les performances globales de l'équipe. Et d'un point de vue parental, au sein du personnel encadrant l'équipe, le psychologue est un acteur très important pour le bien être de votre enfant.

J'ai posé quelques questions à la psychologue de l'équipe des MAD Lions qui vous présente son métier et donne quelques conseils aux jeunes joueurs qui souhaiteraient devenir gamer professionnel.


Pourrais-tu te présenter et décrire ton parcours ?

Je m'appelle Martina Čubrić et j'ai 25 ans. Ma passion pour le sport et la compétition vient d'une carrière semi-professionnelle de 18 ans dans le basket-ball, au cours de laquelle j'ai appris à faire des sacrifices et à savoir ce qu'il faut faire pour réussir et surmonter les défaites.

Ma carrière a pris un tournant décisif après ma première opération du genou et elle s'est terminée après une troisième opération du genou. J'ai décidé de passer à autre chose et de donner la priorité à mes études afin de pouvoir revenir à la compétition dans un rôle différent, celui de psychologue du sport.

Après avoir terminé 4 ans d'études de premier cycle en psychologie, j'ai poursuivi avec une spécialisation en maîtrise de psychologie du sport. Pendant ma dernière année de licence et une année de master, j'ai travaillé comme stagiaire au sein de la structure MAD Lions avec différentes équipes présentes à l'époque : CS:GO, Fortnite, Clash Royale, FIFA et bien sûr, League of Legends. Pendant mon stage, j’ai découvert le monde de l’esport, car c'était quelque chose de nouveau pour moi et à la fin de la période de stage, je savais que j'avais ce qu'il fallait pour continuer à progresser dans ce domaine et continuer à travailler avec MAD Lions.

Maintenant, je suis psychologue sportif à plein temps pour 5 équipes : MAD Lions LEC, MAD Lions SLO, MAD Lions CS:GO, Toronto Ultra et Toronto Defiant. Je continue d'apprendre, de participer à des ateliers et des séminaires et d'adapter la psychologie du sport aux besoins des athlètes esportifs au quotidien. Mon prochain objectif est de terminer une maîtrise en psychologie cognitive afin d'obtenir davantage d'outils à utiliser avec les joueurs et le personnel encadrant.


Parle nous de ton travail chez MAD Lions.


Il y a beaucoup d'observation, d'écoute et de prise de notes avant de passer à l'action. Je me concentre principalement sur la prévention du burnout (l'épuisement mental et physique) en introduisant des habitudes quotidiennes et des outils pédagogiques pour mieux faire face au stress causé par la compétition.

Je reste très attentive aux émotions, aux interactions et aux signes comportementaux qui peuvent passer inaperçus afin d'identifier les forces et les faiblesses d'un individu ou d'une équipe de manière à pouvoir les modifier, corriger, améliorer pour en faire un meilleur joueur/personne au final. Tout cela doit être préalablement convenu avec les entraîneurs, les managers et les spécialistes du sport pour que cela ait un sens, car nous devons tous être sur la même longueur d'onde si nous voulons que des changements se produisent.

Mon travail est assez complexe car il comprend de nombreux canaux de communication, des retours d'information, des suivis ainsi que le l'aspect créatif consistant à trouver différentes activités et différentes façons d'envoyer un message dans un format adéquat.


Quelle est ta semaine de travail type ?


Je travaille actuellement avec 5 équipes différentes dans 4 pays différents et 2 fuseaux horaires différents. Il va sans dire que c'est très dynamique.

En général, je prends la matinée pour étudier, préparer du matériel, trouver des idées et fixer des objectifs pour la journée ou la semaine. C'est le seul moment où je suis assurée d'avoir "l'esprit tranquille" sans distractions, car le monde de l'esport a une horloge naturelle pour les heures tardives 😊

C'est vers 11 heures que les réunions commencent avec des sessions d'équipe, des réunions du personnel encadrant, des entretiens individuels... J'ai des sessions collectives toutes les 2 semaines avec chaque équipe et des entretiens individuels tous les 10 jours environ. Cela me permet d'être bien informée et de suivre les progrès des joueurs tout en continuant à travailler sur les objectifs.

Certains jours se terminent très tard car il y a toujours des joueurs qui préfèrent avoir des sessions individuelles après leurs matchs, donc je m'adapte généralement à leurs besoins. Une semaine de travail contient également des sessions d'observation des scrims (matchs d'entraînement) notamment pour se concentrer sur l'aspect communication et des sessions pour la résolution de problèmes avec le personnel de chaque équipe.


Quelles sont les principales difficultés rencontrées par les joueurs ?


Parmi les difficultés les plus fréquentes il y a la résistance au changement, l'anxiété cognitive (inquiétude, peur, réflexion excessive...), le fait de prendre soin de soi (nutrition, exercice physique, temps de déconnexion), la communication de ses besoins en temps utile et de manière adéquate, l'hygiène du sommeil, les routines et la responsabilité. En fait, c'est sur ces facteurs que nous travaillons le plus et, en retour, ils nous donnent un avantage compétitif dès que nous parvenons à mettre en œuvre des solutions correctement.


Comment aides-tu les joueurs ?


Il n'existe pas de solution unique pour toutes les difficultés, mais il y a un facteur crucial pour réussir : la discipline et la cohérence. Nous ne travaillons pas sur des solutions rapides, des trucs et des astuces, mais plutôt sur une progression stable et régulière où nous observons et analysons les difficultés sur le parcours afin de développer des stratégies pour mieux gérer ces mêmes situations à l'avenir. Nous semons les graines pour ces jeunes afin qu'ils puissent trouver eux-mêmes des solutions assez tôt. Nous voulons encourager l'autonomie et les aider à se préparer aux difficultés qui pourraient survenir.



As-tu des conseils à donner aux jeunes joueurs afin qu'ils soient mieux préparés à rejoindre une équipe professionnelle ?


Les jeunes joueurs doivent comprendre qu'être un athlète esportif exige beaucoup de sacrifices et de discipline. Je n'ai pas dit "travailler dur" exprès parce que je crois que c'est un travail "intelligent" qui doit être fait chaque jour. Je conseille à tous les jeunes joueurs de prendre soin de leur forme physique et mentale, de s'exposer à différentes sortes d'expériences, en particulier celles qui consistent à sortir de leur zone de confort et à apprendre, et à avoir un rythme de travail. Les structures évoluent et ne recherchent pas seulement des "superstars", mais aussi des joueurs d'équipe bien organisés qui correspondent à la philosophie de travail interne de la structure. Le "grind" n'est pas tout...


As-tu une anecdote à me raconter sur Olivier ou d'autres joueurs ?


Je travaille avec Olivier depuis plus d'un an maintenant et il y a beaucoup d'histoires à raconter. Avec lui, la communication est facile et nous avons maintenant atteint un point où nous avons le temps de nous chambrer l'un et l'autre, dans le bon sens du terme. La dernière fois, nous avons eu une séance en tête-à-tête et, en arrière-plan, il a vu mes trophées de basket-ball. Alors il m'a demandé de les lui montrer et après, en une minute ou deux, il a fait un mème.

Ils ne manquent jamais de me surprendre avec leurs idées.

Il y a aussi un exemple avec l'équipe où, dans une session de méditation, c'était tellement relaxant qu'un de nos joueurs (Flakked) s'est endormi. Il était si à l'aise et dans son propre monde que nous avons dû l'attendre pour que tout le monde puisse partir. C'était une bonne séance de relaxation 😊



Peux-tu nous parler de ton blog ?


Mon blog s'appelle Triple threat. Le nom vient d'une position de basket-ball à partir de laquelle vous pouvez faire 3 choses : dribbler, tirer et passer le ballon. Ma "triple menace" se compose de mes trois passions : la nutrition, le sport et la psychologie, qui sont les trois sujets sur lesquels j'écris sur mon blog.

J'ai toujours aimé écrire et ce blog est un exutoire pour mes idées et un appel à des collaborateurs qui veulent partager leurs connaissances sur des sujets spécifiques de leur expertise. Mon blog est encore très peu développé, mais c'est plus un hobby qu'autre chose pour moi. Pas de pression, seulement du plaisir et du partage avec les autres. J'attends avec impatience les réactions, les éventuels collaborateurs ou rédacteurs qui veulent m'aider à améliorer mon blog. 😊



Vous pouvez suivre Martina sur Twitter où elle réagit sur l'esport. Vous pouvez aussi la contacter par email (martina@madlions.com) pour toute information complémentaire.


 Et pour aller plus loin, quelques liens vers ses vidéos en espagnol :



26 views

Recent Posts

See All
 

©2020 par eSportDad. ©Photos : Kirill_Photos, LVP SLO.